Newsletter ANP3SM

NEWSLETTER #2

Septembre 2014

NOUVEAUTÉS

Reconstruction du site de l’ANP3SM par COMM Santé, qu’est ce qui change ?

  • Une présentation générale plus dynamique.
  • Des rubriques mieux mises en avant .
  • L’accès aux conférences des congrès facilité avec possibilité de « revivre » le congrès en audio et même vidéo pour certaines d’entre elles.
  • Un lien direct avec les associations jumelles (AMP, AMEBUS)

Mise à disposition par la Fondation CNP Assurances de 250 exemplaires du DVD « le langage du corps ». Film présenté en avant-première lors du 12ème congrès de l’ANP3SM en présence de la réalisatrice Tania GOLDENBERG et de la journaliste Maréva SARAVANE .

RÉSEAU NATIONAL DOULEUR ET SOINS PALLIATIFS EN SANTÉ MENTALE

  1. Tenue du deuxième colloque du réseau qui s’est déroulé le 14 février dernier à Paris. « La douleur dans tous ses états », tel est le titre de la journée, a été l’occasion d’écouter d’éminents orateurs, aborder la douleur sous des angles très différents, et notamment d’évoquer la douleur morale induite par la maladie mentale ou même par les soins, en l’occurrence la chambre de soins intensifs. Les communications des intervenants ont été riches en enseignements et ont permis de pousser la réflexion sur des sujets qui ont visiblement vivement intéressé l’auditoire. Le public, nombreux (102 personnes) a permis d’enrichir le débat sur des questions aussi diverses que : les fondements philosophiques de la douleur et de la souffrance, le deuil lié à la perte de l’intégrité psychique, l’homme douloureux moins présent au monde, des témoignages sur le ressenti de soignants et de patients par rapport à la mise en chambre d’isolement, l’utilisation du MEOPA en psychiatrie, la spécificité de la maladie veineuse thrombo-embolique en psychiatrie et enfin la communication d’un expert national sur les constipations iatrogènes.
  2. Lancement d’une enquête nationale visant à valider des outils d’évaluation de la douleur chez des patients dyscommunicants souffrant de pathologie mentale (EDAAP et GEDI)

DATES À RETENIR 

  • Congrès de l’IASP : 6 au 11.10.2014 Buenos Aires
  • Congrès de l’AMP : 11.10.2014 Chicago
  • 9ème journée du CNRD : 16.10.2014 Paris
  • Congrès de la SFETD : 20 au 22.11.2104 Toulouse
  • Et bien sûr, notez-le tout de suite sur vos tablettes… le 13ème congrès de l’ANP3SM : 24, 25 et 26 juin 2015 à la Cité Universitaire Internationale de Paris

FOCUS :

Articles commentés :

  1. La dépression augmente le risque de cardiopathie chez les femmes jeunes.

Réf: Sex and age differences in the association of depression with obstructive coronary artery disease and adverse cardiovascular events. Amit J. Shah & coll. J. Am. Heart Assoc. 2014 ; 3 : e000741 doi : 10.1161/JAHA.113.000741

Les femmes jeunes atteintes de dépression ont fréquemment des cardiopathies. Dans la revue « Journal of the American Heart Association », des chercheurs américains ont rapporté que la probabilité de développer une cardiopathie est significativement plus élevée chez les patientes dépressives âgées de moins de 55 ans. Des scientifiques de l’Université d’Emory à Atlanta (Géorgie- USA) ont étudié le cas de 3237 personnes (dont 34 % de femmes) qui avaient une cardiopathie connue ou suspectée et qui devaient subir une coronarographie, avec un suivi pendant 3 ans.

Cette étude a montré que les femmes souffrant de dépression modérée à sévère et âgées de moins de 55 ans étaient 2.17 fois plus susceptibles de subir une crise cardiaque, de décéder suite à une cardiopathie ou de nécessiter une chirurgie à « cœur ouvert ». Pour chaque augmentation d’un point dans les symptômes de la dépression , la probabilité de développer une crise cardiaque augmentait de 7 %. Globalement, le risque de décès était aussi 2.45 fois plus important chez les femmes souffrant de dépression modérée à sévère

  1. Intérêt du dosage de la VEGF avant l’éléctro-convulsivothérpaie (ECT).

Article paru dans JIM le 04 juillet 2014 Minelli A et coll : Association between baseline serum vascular endothelial growth factor and response to electroconvulsive therapy. Acta Psychiatr Scand., 2014 : 129 : 461-466 : la VEGF (Vascular Endothélial Growth Factor), est une protéine essentiellement connue pour son rôle dans la croissance tumorale. Certaines études ont montré le rôle de cette protéine dans divers processus neuronaux impliqués dans l’état dépressif majeur et dans les mécanismes d’action des traitements antidépresseurs. Une étude Italienne a évalué l’association éventuelle entre les taux sériques de VEGF et la réponse au traitement antidépresseur.

Deux groupes ont été comparés : l’un avec 50 patients souffrant d’un état dépressif majeur, et traités par antidépresseurs ; et l’autre avec 67 patients souffrant également d’un état dépressif majeur, mais traités par sismothérapie du fait d’une résistance initiale aux antidépresseurs. La sévérité de la dépression a été estimée avant le traitement puis un mois après la fin des séances d’ECT, et des échantillons de sang ont été prélevés dans les deux groupes pour y doser les taux sériques de VEGF .

Les auteurs observent une corrélation statistiquement significative entre les niveaux sériques de référence du VEGF et le taux de réduction de la symptomatologie dépressive après ECT (p= 0.003). En particulier, les taux initiaux de VEGF (avant traitement) se révèlent significativement plus faibles chez les patients ne répondant pas ultérieurement à l’ECT (p= 0.008). En revanche, il n’est observé aucune corrélation entre ces taux initiaux de VEGF et la réponse aux traitements antidépresseurs. Les auteurs en concluent donc que le VEGF est impliqué dans le mécanisme de la réponse à l’ECT. Le taux sérique de VEGF serait donc un facteur prédictif de réponse ou non à un traitement envisagé par ECT.